La stratégie des homéopathes du Québec: ad hominem

Christian Aubry, président du syndicat professionnel des homéopathes du Québec, s’énerve.

Christian Aubry, président du syndicat professionnel des homéopathes du Québec, nous fait savoir que les homéopathes du Québec ne sont pas contents que The Lancet ait publié une recherche qui conclue que l’homéopathie n’est qu’une manifestation de l’effet placébo. Plutôt que de discuter de la démarche suivie pour obtenir les résultats, il se lance à l’attaque des chercheurs en essayant de débusquer quelque motivation derrière cette recherche. Quand on ne peut montrer un problème avec la recherche elle-même on peut toujours attaquer le chercheur lui-même, sans preuve, bien entendu. Le ad hominem a toujours ses adhérents.

Sans doute, Aubry croit-il montrer une faille dans la méthodologie des chercheurs quand il note qu’ils ont émis une hypothèse avant de se lancer dans leur recherche. Cependant, c’est une méthode normale en science qu’avant la recherche le savant émet une hypothèse que la recherche démontrera comme valide ou invalide. Si Aubry trouve que ça n’est pas une méthode juste pour faire avancer notre connaissance commune alors ce n’est pas seulement contre les chercheurs de cet article particulier qu’il s’insurge mais contre la science elle-même dans son ensemble.

Pour ce qui est de l’intérêt de l’OMS et de Santé Canada face à l’homéopathie on pourrait croire que ça suggère que la méthode est prouvée. Cependant, Aubry reste bien vague sur la position précise prise par ces organismes. Or, il arrive que ce genre d’organisme veuille bien laisser le champ libre à certaines techniques non pas parce que ces techniques sont prouvées mais parce que l’effet placébo,c’est mieux que rien.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *